Ski: "La pandémie a redistribué les cartes", selon Didier Défago

1 week ago

Didier Défago évoque la saison à venir [RTS] 

"C’est vrai qu’on se dirige vers une saison très particulière au vue des dernières semaines, des derniers mois", lance d’emblée Didier Défago. "Ce virus est un nouveau paramètre à prendre en compte. Les équipes ont dû revoir leur planning et regarder l’évolution semaine après semaine. Cette année, il a vraiment fallu être flexible."

Après l’arrêt brutal de la saison et la fermeture des stations, les skieurs n’ont par exemple pas pu faire les tests de matériel au printemps. "C’est un point très important pour l’athlète de savoir comment a évolué son matériel et comment il doit se préparer au niveau du réglage pour la saison prochaine. Quand on sort d’une saison, on a encore le feeling de la compétition, l’adrénaline, cette tension musculaire qui est encore là en fin de saison. C’est pour cela qu’on enchaîne tout de suite avec les premiers tests. Cette année, on a eu deux mois où on n’a pas pu mettre les skis donc les athlètes sont en quelque sorte repartis de zéro, cela a redistribué les cartes."

On a la chance d’avoir les deux meilleurs glaciers d’Europe

Didier Défago  

La pandémie a également impacté la préparation des skieurs, habitués à s’envoler durant l’été pour l’hémisphère sud afin d’y trouver des conditions hivernales. Mais pour l’ancien descendeur, l’équipe de Suisse n’a pas pâti de cette situation, bien au contraire. "On a la chance d’avoir les deux meilleurs glaciers d’Europe et les Suisses ont pu vraiment enchaîner les courses. Il y a un petit coté privilégié où ils arrivent à avoir une priorité sur certaines pistes. Peut-être que cela va faire pencher la balance. Mais les Italiens et les Français ont également bien pu s’entraîner en bénéficiant de très bonnes conditions dans leur pays. Tout le monde est dans la même situation et le même état d’esprit que les autres saisons."

Mais pour minimiser les risques, la FIS a dévoilé début octobre un calendrier quelque peu remanié afin d'éviter autant que possible les interactions entre les athlètes des différentes disciplines. "Le calendrier est une bonne chose, on essaie de regrouper et de limiter le contact entre les personnes. Et le fait d’avoir des disciplines qui sont doublées va permettre des petits airs de revanche et cela peut apporter un peu de piment. Mais ce qui est le plus important je pense c’est que la compétition doit avoir lieu, on doit être sur le devant de la scène, on doit être présent cette saison."

Chacun a fixé ses objectifs en oubliant ce qu’il s’est passé

Didier Défago  

Car l’arrêt brutal de la saison passée a laissé aux athlètes un goût d’inachevé. "Pas qu’aux athlètes", sourit Didier Défago. "Pour le grand public aussi il a manqué quelque chose. Mais c’est vrai que pour certains skieurs, il y a eu de la frustration notamment au niveau du classement général et des classements des disciplines, autant chez les hommes que chez les femmes. On part dans une nouvelle saison, je pense qu’ils ont réussi à mettre ça de côté. Chacun a fixé ses objectifs en oubliant ce qu’il s’est passé. Le focus c’est vraiment sur la saison à venir avec en ligne de mire les Mondiaux de Cortina en février."

Vainqueur du classement par nation, la Suisse sera très attendue. Mais la concurrence s’annonce rude. "On s’oriente vers une saison qui est très ouverte par rapport à la refonte du calendrier et par rapport aux cartes qui ont été redistribuées durant l’été pour la préparation."

Morgins, Floriane Galaud - @FlorianeGalaud

Read Entire Article